La parole à … Tristan Saudemont, gérant de La fabrique d’Éole

par | 20/05/2020 | Découverte métiers, La parole aux pros

Un métier, 5 questions : luthier

1/ Mon métier en un coup d’œil

J’ai ouvert un atelier de réparation d’instruments de musique en 2015. Je répare essentiellement des instruments à vent (cuivres et bois). Je viens de m’installer dans un nouveau lieu, qui est une ancienne clinique dentaire. Je dispose d’un grand espace qui contient une boutique où je vends des instruments neufs, une salle d’essais et un atelier.

Lorsqu’un·e client·e m’apporte son instrument, je réalise avec lui une fiche de réparation. Son instrument est ensuite démonté et réparé. Lorsqu’il faut changer des pièces, je fais appel à des collègues qui font le même travail que moi ou alors je commande directement auprès des marques (ex : Yamaha). Je suis aussi là pour donner de nombreux conseils aux personnes qui souhaitent acheter un nouvel instrument dans la boutique.

Je suis moi-même musicien, je vis de ma passion et j’apprécie beaucoup le fait de travailler seul et le fait qu’il n’y ai pas de monotonie dans mon travail. D’un instrument à l’autre, mon travail peut être complètement différent. Je répare des instruments de toutes sortes et dans tous les états.

Je veux faire ce métier depuis que je suis petit. J’ai, pendant longtemps, été musicien dans l’armée. Cela m’a permis de mettre de l’argent de côté et de me constituer un carnet d’adresses. Un jour, je suis allé faire réparer ma trompette chez un luthier et cela m’a rappelé mon rêve d’enfant. J’ai donc démissionné de l’armée et effectué une formation de 300 heures chez un luthier.

Ce qui me plait beaucoup dans ce métier, en plus du travail manuel, c’est d’être au contact des gens, de rencontrer des musicien·nes.

2/ Mon métier, 3 qualités

Minutie. Les instruments sont très fragiles, il faut donc faire attention, ne pas se presser, avoir des gestes lents et apprendre des techniques pour développer des automatismes.

Patience. J’ai appris à être patient avec les années, il faut savoir rester calme même si l’instrument ne marche pas. La réparation peut prendre du temps.

Être manuel·le et précis·e.

3/ Pourquoi accueillir un·e stagiaire ?

J’accueille, tous les ans, des collégien·nes en stage. Le stage peut éveiller la curiosité voire révéler une passion. A cet âge-là on ne sait pas quoi faire, et j’aurais aimé pouvoir faire ça quand j’étais plus jeune.

4/ Mon meilleur souvenir avec un·e stagiaire

J’ai eu une petite clarinettiste très passionnée et vivement intéressée ainsi qu’un jeune très à l’aise et curieux. Ils étaient motivés et savaient aussi travailler de leurs mains, ce qui est très important !

5/ Mes conseils pour l’accueil d’un·e jeune en stage de découverte

En fonction du degré d’aisance du·de la stagiaire, je pense que pratiquement toutes les tâches que j’effectue peuvent lui être proposées. J’essaye aussi de leur montrer un maximum d’instruments et leurs fonctionnements. Voici quelques exemples d’activités :

Soudure

Débosselage

Démontage des instruments

Nettoyage des instruments

➡ Vous aussi, accueillez un·e stagiaire ! ⬅

Contactez nous par mail 👉 martin@stagedecouverte.fr

STAGEDECOUVERTE.FR

Stagedecouverte.fr est une plateforme dédiée aux jeunes de 14 à 24 ans qui réfléchissent à leur orientation et souhaitent rencontrer des professionnel·les.

Vous voulez nous rejoindre ?

Les articles du moment