La parole à … Sophie Lopin, Chief Happiness Officer chez Maltem

par | 9/04/2020 | Découverte métiers, La parole aux pros

Un métier, 5 questions : Chief Happiness Officer

1/ Mon métier en un coup d’oeil

Je suis Sophie Lopin, Chief Happiness Officer chez Maltem, cabinet de conseil qui accompagne startups et grands comptes dans leur transformation numérique. En tant que Chief Happiness Officer, je m’occupe de créer du lien entre les gens de l’entreprise et de faire en sorte que les salariés s’y sentent bien. Je gère également des tâches administratives se rattachant à la vie des salariés dans l’entreprise ; complémentaire santé et traitement de la participation, titres restaurant …

Je suis aussi en charge d’organiser des animations et activités (visites de musée, cours de sports, de yoga, activités liées au bien-être ou aux loisirs…)

Je gère les activités et la billetterie de loisirs du Comité d’Entreprise, la coordination de l’accueil des stagiaires etc.

Je suis dans l’entreprise depuis 18 ans, quasiment depuis sa création. Ainsi, je connais les salariés et ils me connaissent bien aussi. Ils me font confiance donc je peux les accompagner, être facilitatrice sur de nombreux sujets et répondre à beaucoup de leurs questions : administratives ou difficultés relationnelles.

Le groupe Maltem a créé en 2017 la Fondation Aldinie qui soutient des associations en charge de projets d’éducation et santé des enfants principalement à Madagascar. Je m’occupe de la Fondation des relations avec les associations que nous soutenons et du suivi des projets. Pour faire vivres toutes ces activités, je joue aussi à la Community manager, en interne et en externe.


2/ Mon métier, 3 qualités

Communication humaine, enthousiasme et créativité.

3/ Pourquoi accueillir un stagiaire ?

Nous accueillons des stagiaires car c’est notre responsabilité sociale en tant qu’entreprise. Nous rencontrons des jeunes formidables et constatons que la marge de progression est incroyable. Grâce à la découverte de l’entreprise, nous espérons les aider à sortir de certains schémas préconçus ou autres stéréotypes.

Accueillir des stagiaires c’est aussi l’occasion pour les salariés de se confronter à d’autres contextes sociaux, de prendre du recul sur son activité et de prendre le temps de partager, ce qui est essentiel pour rester connecté avec la vraie vie.

4/ Mon meilleur souvenir avec un stagiaire

Une fois nous avons accueilli deux stagiaires de 3ème. Un matin, la personne en charge du standard téléphonique et de l’accueil était souffrante et n’a pas pu venir travailler. Les deux jeunes filles ont donc tenu l’accueil pendant deux heures et c’était un beau moment. Nous avons d’abord fait un test à blanc où je leur donnais des axes d’amélioration. Elles se sont confrontées à une réalité concrète, je leur ai fait confiance et c’était très responsabilisant pour elles.

De plus, il est intéressant d’accueillir deux stagiaires en même temps, et qui ne se connaissent pas, ils créent un binôme qui est source d’initiative et de plus de confiance.


5/ Mes conseils pour l’accueil d’un jeune en stage de découverte

Pour accueillir des stagiaires, il faut avoir conçu un planning à l’avance.

Il faut également leur donner des choses concrètes à faire car ça leur donne confiance et les aide à s’investir dans le stage.

Dans la mesure du possible, c’est bien d’avoir un.e référent.e pour éviter de faire un planning au pied levé et leur permettre de voir un maximum de services dans l’entreprise.

Un poste de travail (PC et bureau) est selon moi nécessaire pour que l’accueil soit optimal. Quand il y a des temps morts, je fais du “travail commenté”, c’est à dire que je leur raconte ce que je fais en direct.

Sinon voici quelques exemples de tâches que je peux leur donner à faire : gestion de la billetterie du Comité d’Entreprise, création de visuels de communication, saisie de factures, classement de dossiers etc.

➡ Vous aussi, accueillez un stagiaire! ⬅

Rendez-vous sur 👉 www.professionnels.stagedecouverte.fr

STAGEDECOUVERTE.FR

Stagedecouverte.fr est une plateforme dédiée aux jeunes de 14 à 24 ans qui réfléchissent à leur orientation et souhaitent rencontrer des professionnel·les.

Vous voulez nous rejoindre ?

Les articles du moment