La parole à … Peio Aramburu, éleveur et ouvrier agricole au Pays-Basque

par | 27/04/2020 | Découverte métiers, La parole aux pros

Un métier, 4 questions : agriculteur / éleveur / ouvrier agricole


1/ Mon métier en un coup d’œil

J’ai grandi à la ferme, à Urrugne au Pays-Basque. Mes parents ont des vaches et des chevaux. Je suis ouvrier agricole mais je dédie aussi beaucoup de mon temps à l’exploitation familiale.

J’ai aussi travaillé pour un berger, j’ai fait ce que l’on appelle un stage de parrainage, c’est-à-dire faire un stage auprès d’un agriculteur pour ensuite éventuellement s’associer avec lui. Cela lui aurait permis d’avoir plus de temps pour lui et sa famille mais ça n’a malheureusement pas marché, nous avions du mal à travailler ensemble. En tout cas, j’ai appris beaucoup de choses à ses côtés. Ce berger élevait des brebis laitières donc tous les jours nous devions être sur le lieu de traite à 6h du matin. La traite dure entre une heure et une heure et demie et se fait grâce à des machines reliées aux mamelles des animaux.

Le travail dépend beaucoup de la météo et des saisons. En été il faut « faire les fourrages » : faucher et remuer le foin qui permettra de nourrir les bêtes l’hiver. Pour cela on utilise un tracteur avec différents outils : faucheuse qui coupe le foin, faneuse qui remue le foin pendant plusieurs jours. Une fois que le foin est sec on l’andaine (ie ratisser et ramasser) pour en faire des bottes avec des presses à balles rondes.

Lorsqu’il pleut il faut rester disponible pour les éventuelles mises à bas et on trouve toujours de quoi s’occuper (bricoler, entretenir les machines, etc.).

L’hiver il faut nourrir les animaux plusieurs fois dans la journée (cela peut aller jusqu’à une fois toutes les deux heures…).

Ma famille a une vingtaine de bovins de viande, ils ne sont pas utilisés pour faire du lait donc il n’y a pas de traite. Il faut les nourrir et s’occuper des veaux. Les vaches sont libérées dans les prairies le matin et elles retrouvent leurs veaux en fin de journée. On fait téter les veaux à ce moment-là et nous leur apportons aussi du foin. J’aime travailler chez moi, en famille, avec nos animaux à nous.


Lorsque les animaux ont des soucis de santé, il faut appeler le vétérinaire et cela peut représenter beaucoup de frais. Nous travaillons avec une technicienne agricole qui observe notre exploitation et nous donne des conseils notamment sur la nourriture donnée aux animaux. Cela permet de faire de la prévention !

En tant qu’ouvrier agricole, je travaille aussi sur d’autres exploitations, majoritairement de l’élevage (brebis, vaches, chèvres) mais aussi sur une culture de piments. Le rôle d’un ouvrier agricole est d’apporter de l’aide aux agriculteurs qui en ont besoin en effectuant des tâches agricoles ou de bricolage et d’être disponible pour remplacer ces agriculteurs s’ils sont amenés à s’absenter. Chaque mois nous faisons un planning avec les différentes exploitations et activités. Je commence à 9h le matin, donc les éleveurs ont déjà fait la traite. Je fais beaucoup de travaux en extérieur : faire des clotures, des piquets, des broussaillages, etc. Avec les gros troupeaux, il y a toujours des choses à surveiller.

A terme, j’aimerais continuer à entretenir l’exploitation familiale : faire ça comme un passe-temps ou alors carrément agrandir l’exploitation et vivre seulement de ça. Avec les bovins, pour pouvoir en vivre il en faut au minimum une cinquantaine. Or ici au Pays-Basque il est difficile d’accéder à de nouveaux terrains…

2/ Mon métier, 3 qualités

Tout d’abord il faut être passionné par les animaux ! Il ne faut pas regarder ses heures car c’est un métier qui demande énormément de temps.

Quand on travaille avec quelqu’un, un associé ou un membre de sa famille il faut beaucoup discuter, faire preuve de souplesse et savoir planifier.

3/ Pourquoi accueillir un stagiaire ?

Personnellement, je pense qu’il faut être très fier et content de transmettre à quelqu’un ce qu’on nous a appris. Tout le monde commence bien quelque part et plus on se familiarise tôt avec un certain métier, plus on a de chances d’y arriver. Faire des stages et accueillir des stagiaires est donc très important.

De plus, je pense que mon métier est très agréable pour un jeune, on est toujours dehors avec des animaux : c’est un réel bien-être et un plaisir pour les yeux !

4/ Mes conseils pour l’accueil d’un jeune en stage de découverte

Je pense qu’il est très important d’être pédagogue lorsque l’on accueille un stagiaire, il faut expliquer le système, le pourquoi du comment. Voici quelques idées d’activité :

  • Montrer et expliquer les différents types d’aliments pour les animaux, leurs propriétés et pourquoi on les utilise
  • Surveiller les veaux et leur expliquer pourquoi ils ne sont pas avec leur mère
  • Présenter différentes façons de travailler
  • Initier à la traite et au fonctionnement des machines
  • Monter sur un tracteur et travailler le foin
  • Expliquer quelles sont les différentes activités selon les saisons et la météo
  • Séparer des graines et les planter

➡ Vous aussi, accueillez un stagiaire ! ⬅

Rendez-vous sur 👉 www.professionnels.stagedecouverte.fr

STAGEDECOUVERTE.FR

Stagedecouverte.fr est une plateforme dédiée aux jeunes de 14 à 24 ans qui réfléchissent à leur orientation et souhaitent rencontrer des professionnel·les.

Vous voulez nous rejoindre ?

Les articles du moment