La parole à … Louise Robino, juriste en droit des affaires

par | 18/05/2020 | Découverte métiers, La parole aux pros

Un métier, 5 questions : juriste

1/ Mon métier en un coup d’œil

Je suis originaire du Morbihan. Après mon bac ES je suis allée en faculté de droit. J’ai fait deux années de droit privé à Vannes puis ai terminé ma licence de droit privé à La Rochelle. J’ai ensuite effectué un master 1 en droit des affaires à Nantes et un master 2 (double diplôme avec la faculté d’économie-gestion) en droit de la concurrence, à Rennes. Ce double diplôme m’a permis d’avoir une vision économique et stratégique du droit des affaires. J’ai étudié dans beaucoup de villes françaises différentes, il est très facile de changer de ville une fois qu’on est inscrit sur un cursus à la fac.

Pendant ces années d’études j’ai aussi effectué des stages l’été, qui étaient en général non rémunérés. La recherche de stage n’est alors pas facile, surtout sans réseau. J’ai pourtant réussi à trouver des opportunités, je suis par exemple allée à Montpellier, faire un stage dans une entreprise orientée vers les énergies renouvelables. L’année suivante je suis allée à Tours au sein d’une entreprise travaillant avec le satellite et la TNT. Mon stage de fin d’études était plus long et obligatoire. Je l’ai effectué à Paris dans un cabinet de conseil en ingénierie en tant que juriste en droit des affaires. Ce stage s’est très bien passé, j’ai donc souhaité le prolonger avec une alternance, en parallèle d’un MBA de juriste en entreprise au sein d’une école de commerce.

Ce cabinet m’a ensuite embauché et j’y ai travaillé 3 ans. Après cela, j’ai voulu quitter Paris et j’ai déménagé à Bordeaux où je travaille pour le groupe Pichet (promotion immobilière). Je m’occupe de toute la partie droit commercial au sein de la direction juridique qui est composée d’une dizaine de personnes. La moitié des effectifs est spécialisée en promotion immobilière et pour les effectifs spécialisés sur le droit des affaires, nous avons différents sujets à traiter : droit fiscal, droit des sociétés, droit des contrats, droit de protection des données, etc. Être juriste c’est comme être avocat mais au sein d’une entreprise. Contrairement aux avocats, nous ne pouvons pas plaider et nous n’avons pas besoin de passer le barreau pour exercer. Le barreau est un concours que l’on passe à partir du master 1, on rentre ensuite dans une école où on effectue des stages et on obtient un diplôme pour exercer en tant qu’avocat. Le métier d’avocat est différent car c’est une profession libérale, qu’on exerce souvent seul et on travaille pour plusieurs clients.

De mon côté, je suis spécialisée en droit commercial, en droit des contrats et en droit de la protection des données personnelles. Voici quelques exemples concrets…

Si nous devons signer un gros contrat informatique pour développer une application, le service achat va intervenir pour fixer les conditions financières du contrat. Je prends ensuite le relai : je vais me charger de demander le contrat type de cette société informatique, analyser les clauses contractuelles (dispositions juridiques du contrat), et noter les clauses qui sont selon moi à risques, à modifier ou à rajouter. Mon objectif est de sécuriser la prestation, de prévenir les risques encourus, de manière à ce qu’elle apporte le plus d’avantages possible au groupe Pichet. Une fois que l’analyse juridique est faite et envoyée à notre partenaire, je négocie avec sa direction juridique et nous nous mettons d’accord sur les points à revoir.

Je rédige aussi des conventions et clauses spécifiques. Il y a beaucoup de sensibilisation à faire auprès des différentes directions du groupe. Je n’ai pas d’équipe travaillant sur les mêmes sujets que moi et je ne peux pas tout surveiller donc j’apprends les bases du droit contractuel aux collaborateurs et directeurs du groupe Pichet. J’effectue par exemple des réunions de sensibilisation.

Mon objectif est de protéger l’image de notre société, de la protéger de pertes financières éventuelles.

Concernant la protection des données personnelles, je dois aussi veiller à la mise en place du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données). Nous collectons par exemple des données clients sur notre site, nous devons alors obtenir le consentement des personnes, ne pas conserver les données indéfiniment et ne pas garder les données qui ne nous sont pas utiles.

Je m’occupe aussi de la gestion des litiges en pré-contentieux ou en contentieux. Si un contrat est rompu de manière unilatérale par notre partenaire, il faut l’étudier, essayer de régler le problème à l’amiable et éventuellement saisir les tribunaux à défaut d’accord.

2/ Mon métier, 3 qualités

Rigueur et minutie dans l’analyse des contrats. Il faut lire et déchiffrer des règlements complexes, en essayant de toujours coller au texte.

Raisonnement et réflexion. Il faut prendre de la hauteur sur les dossiers et être patient !

Ingéniosité. Nous devons aussi sans cesse trouver des solutions ou trouver des moyens pour contourner un problème.

3/ Pourquoi accueillir un·e stagiaire ?

L’accueil de stagiaires permet à des jeunes en études de droit de mettre en application ce qu’ils ont appris et à des jeunes lycéens de confirmer leur projet d’orientation (ou non). Nous accueillons majoritairement des stagiaires en fin d’études mais nous avons aussi eu un jeune qui était en première année de droit et qui est resté seulement 10 jours. Il était intégré à la direction juridique et a pu observer différentes spécialisations : droit commercial, droit immobilier, etc.

4/ Mon meilleur souvenir avec un·e stagiaire

Quand nous avons accueilli ce jeune stagiaire, je lui ai présenté des contrats très simples qu’il a dû lire. Il avait essayé de déceler les clauses qui n’étaient pas en notre faveur, de déterminer si tout était conforme à la législation, aux standards. Il avait aussi souligné quelles étaient les clauses à risque.

J’avais ensuite relu, et nous avions discuté des points à modifier et à rajouter. Je lui ai montré des articles du code civil pour expliquer mes choix et lui expliquer ses éventuelles erreurs.

C’était un vrai moment de partage car nous avons discuté plusieurs heures !

5/ Mes conseils pour l’accueil d’un·e jeune en stage de découverte

Dans beaucoup de cas, lorsque des jeunes effectuent des stages de découverte avec des juristes, on leur donne beaucoup de recherches à faire. Je pense qu’il est aussi intéressant de leur donner des missions pratiques, comme l’analyse d’un contrat par exemple. Cela leur permet de voir la finalité de leur action.

Analyse de contrats

– Participation à des réunions d’équipe

– Participation à une réunion de négociation et observation des techniques de négociation juridique, des choses qu’il faut mettre en avant

Recherches : jurisprudence ou textes de loi sur Légifrance, sites juridiques avec analyses

Veille juridique pour être au fait des avancées ou nouvelles lois

➡ Vous aussi, accueillez un·e stagiaire ! ⬅

Contactez nous par mail 👉 martin@stagedecouverte.fr

STAGEDECOUVERTE.FR

Stagedecouverte.fr est une plateforme dédiée aux jeunes de 14 à 24 ans qui réfléchissent à leur orientation et souhaitent rencontrer des professionnel·les.

Vous voulez nous rejoindre ?

Les articles du moment