La parole à … Catherine Moury, Professeure en Science Politique à Universidade NOVA de Lisboa

par | 1/05/2020 | Découverte métiers, La parole aux pros

Un métier, 4 questions : Professeure d’université

1/ Mon métier en un coup d’oeil

Je suis professeure en Science Politique à Universidade NOVA de Lisboa. Je n’étais pas vraiment une bonne élève à l’école. J’ai fait une Licence en Science Politique dans les relations internationales en Belgique. J’ai continué avec un Master en Italie. J’ai pu obtenir une bourse pour faire un Doctorat (nécessaire d’avoir de bonnes notes). Puis je suis partie au Portugal et ai occupé un poste de chercheuse temporaire avant d’avoir un poste stable à Lisbonne.

Mon métier comprend 3 activités principales. La première est l’enseignement. Je donne des cours aux étudiants en journée, et aux adultes le soir (ils sont très motivés). J’enseigne en licence, en master et en doctorat. A la rentrée, ils ont un programme et un planning. Et j’interviens sur les cours me concernant. La deuxième activité est la recherche. On se pose des questions pour mieux comprendre le monde et la politique. Pour cela on cherche du financement, pour engager des personnes, pour faire des déplacements professionnels, pour faire des entretiens… Nos travaux de recherches sont ensuite publiés sur différents supports (livre, journal, blog…). On les présente aussi lors des conférences. L’évaluation par les pairs (d’autres chercheurs) est importante. Ils font des retours sur ce qui est bien ou pas bien. Cela peut créer de la lenteur et de la frustration, mais c’est nécessaire pour encourager la réflexion. La troisième activité est la gestion de l’université, un peu comme une entreprise. On doit assurer une stabilité, voire une certaine rentabilité. Il faut continuer à avoir des étudiants, faire venir ceux ayant un bon niveau. Pour cela, on doit réinventer les formations universitaires pour les attirer.

Le grand avantage à l’université c’est qu’on n’a pas de chef. On gère les 3 activités comme on souhaite dans la semaine. C’est parfois difficile parce qu’il faut se motiver sinon il y a un risque de ne pas avancer assez. Il n’y a pas beaucoup de travail en équipe. C’est un travail très solitaire.


2/ Mon métier, 3 qualités

Il faut être persistant. Il n’y a pas beaucoup de places pour devenir professeurs d’université. Et nos travaux sont souvent critiqués par les pairs (avoir de l’humilité pour avancer). Il faut aussi avoir une forte envie d’apprendre : continuer à se poser des questions, lire des documents, consulter des enquêtes, rencontrer des personnes… Une idée de recherche arrive en lisant des journaux, et on finit par se poser des questions (Pourquoi les pays agissent différemment? Pourquoi des pays ferment leurs frontières et d’autres non? Comment viennent les décisions? Comment lier l’économie et la santé?). Il faut aussi savoir s’auto-discipliner (s’organiser et se motiver). C’est un travail souvent seul. Il n’y a pas de chef.

3/ Pourquoi accueillir un.e stagiaire ?

Je n’ai pas encore accueilli de stagiaire. Il y a eu quelques initiatives avec l’université pour faire venir plusieurs jeunes. C’est intéressant pour qu’ils voient à quoi ressemble une université, ce que c’est la vie d’un étudiant, ce qu’on apprend dans l’enseignement supérieur…

4/ Mes conseils pour l’accueil d’un.e jeune en stage de découverte

On peut lui faire visiter l’université, lui montrer les différentes formations (plaquettes, site internet). On peut lui donner de petites tâches (imprimer des documents, aider à faire des powerpoints, contacter des personnes par email, chercher des données, des sites internet, des articles….). Le jeune peut aussi assister à des cours.

➡ Vous aussi, accueillez un.e stagiaire ! ⬅

Rendez-vous sur 👉 www.professionnels.stagedecouverte.fr

STAGEDECOUVERTE.FR

Stagedecouverte.fr est une plateforme dédiée aux jeunes de 14 à 24 ans qui réfléchissent à leur orientation et souhaitent rencontrer des professionnel·les.

Vous voulez nous rejoindre ?

Les articles du moment