La parole à … Antoine TRAN, Animateur 2D à Studio La Cachette

par | 17/05/2020 | Découverte métiers, La parole aux pros

Un métier, 4 questions : Animateur·rice 2D

1/ Mon métier en un coup d’oeil

Je suis animateur 2D à Studio La Cachette. Je fais de la 2D traditionnelle. C’est différent de la 2D pantin (seulement des bouts de bras et de jambes qui bougent). Avec l’animation traditionnelle, tout est dessiné. Dans 1 seconde, il y a 12 dessins ce qui donne l’impression de mouvement. C’est plus technique. Il faut savoir dessiner et tout dessiner.

On est un un studio de production français. On est sous-traitant pour des projets américains. Nous, on intervient sur de la 2D, d’autres sur du son. On est un chaînon dans une chaîne de production. Tout d’abord il y a un storyboard, une planche de dessin très précise (un personnage, sa coupe de cheveux, les vues de face, de profil, de dos, avec les vêtements, les différentes expressions…). Il y a toutes les informations. Pas besoin de se poser des questions. Après il y a le plan layout. C’est une mise en page bien au propre où on voit par exemple un personnage qui prend une tasse de café. On sait ce qui s’est passé avec l’image de départ et l’image d’arrivée. Et après, c’est nous qui intervenons sur l’animation. On réalise tous les dessins pour donner le mouvement. On dessine une forme de brouillon. Le superviseur corrige. Ensuite on peut cleaner (dessins propres). Et enfin il y a la coloration faite par quelqu’un d’autre, et aussi le décor par d’autres gens encore.

L’animation c’est ce qui coûte le plus cher. Il y a beaucoup de dessins et ça prend du temps. Et quand il y a plusieurs personnages, c’est encore plus long et plus cher. Il y a eu un projet où on était 15 en animation. On a mis 2 ans pour réaliser 10 épisodes de 20 minutes chacun. Les animateurs font bouger les personnages. 3 autres personnes étaient en coloration, 5 en décor, et 3 autres au montage (compositing, flou, ambiance, corriger la colorimétrie).

Pour devenir animateur·rice, beaucoup ont fait l’école des Gobelins ou des écoles privées. Ils ont appris toutes les techniques de dessin et peuvent occuper ce poste directement. Je suis une exception. J’ai fait une école de design graphique (pour faire des visuels dans une agence publicitaire). Comme j’aime l’animation, je dessine dans mon coin. On m’a donné la chance de commencer en tant que cleaner (repasser au propre le storyboard pour que ce soit plus lisible). Puis je suis devenu storyboarder, puis animateur assistant (dessins d’intervalle entre les dessin clés), et enfin animateur. Je dessine avec une tablette graphique. C’est très cher. J’utilise aussi TVPaint, un logiciel d’animation, et parfois After Effects et Photoshop.

2/ Mon métier, 3 qualités

Il faut d’abord être passionné·e par l’animation. Il faut aussi être travailleur·se. On doit beaucoup dessiner, avec parfois des sacrifices (le soir, le week-end), et se spécialiser (dessin 2D, décor, ou compositing). C’est frustrant de beaucoup dessiner et de voir que ça passe très vite à l’écran. Il faut aimer apprendre/observer, voir ce que font les autres animateur·rices, les nouvelles techniques de dessin, observer tout ce qui se passe dans la vie (une goutte d’eau qui tombe, une personne qui bouge son bras…).

3/ Pourquoi accueillir un·e stagiaire ?

C’est compliqué d’accueillir un·e stagiaire. On a un planning très chargé. On a eu quelques jeunes qui étaient intéressé·es par l’animation. Ils étaient intéressé·es, curieux·ses, posaient des questions. Ils·elles ont pris conscience que c’est un métier hyper dur. Le stage leur a permis de voir comment fonctionne un studio de production et la réalité du métier d’animateur·rice (c’est différent de regarder une animation). Ils se sont dit qu’ils pourraient peut-être travailler dans l’anime, mais pas en tant qu’animateur·rice, mais en tant que Production Manager par exemple.

4/ Mes conseils pour l’accueil d’un·e jeune en stage de découverte

On peut présenter l’entreprise, faire le tour des équipes, montrer les différentes étapes d’une production. C’est très dur de les impliquer dans l’activité. Mais on peut les mettre sur un ordinateur, les laisser dessiner, tester les outils…

➡ Vous aussi, accueillez un·e stagiaire ! ⬅

Contactez nous par mail 👉 martin@stagedecouverte.fr

STAGEDECOUVERTE.FR

Stagedecouverte.fr est une plateforme dédiée aux jeunes de 14 à 24 ans qui réfléchissent à leur orientation et souhaitent rencontrer des professionnel·les.

Vous voulez nous rejoindre ?

Les articles du moment