La parole à … Adèle Plat, astrophysicienne

par | 29/04/2020 | Découverte métiers, La parole aux pros

Un métier, 4 questions : astrophysicien.ne


1/ Mon métier en un coup d’œil

Après mon master en astrophysique j’ai obtenu un doctorat que j’ai effectué dans un laboratoire de recherche : l’Institut d’Astrophysique de Paris. Pour faire un doctorat en astrophysique il faut avoir une formation scientifique à l’Université ou en école d’ingénieur. Il faut l’équivalent d’un master 2 en physique, astrophysique, ou mathématiques. Suite au master 2 il faut contacter des laboratoires ou chercheurs pour voir s’ils ont des financements pour faire une thèse. La thèse est le travail réalisé par le doctorant, qui est présenté devant un jury au bout des trois ans de doctorat. Durant cette période, le doctorant est rémunéré.

En tant que chercheur en astrophysique, on observe différentes planètes, étoiles et galaxies grâce à des instruments qui peuvent être au sol ou dans l’espace. Ces instruments sont régulièrement évalués et améliorés pour nous permettre, par exemple, de voir des galaxies qui sont de plus en plus loin. Ils permettent d’acquérir des données, des images qu’il faut analyser informatiquement. On utilise donc beaucoup d’outils informatiques pour traiter et interpréter ces données. Pour donner un exemple plus concret, on peut comparer des observations de spectres (c’est à dire la lumière émise en fonction de la longueur d’onde) de galaxies avec des modèles théoriques de galaxies dont on connaît les paramètres physiques (exemples : masse stellaire, âge des étoiles, composition chimique des gaz et étoiles …) pour essayer de retrouver les caractéristiques des galaxies observées.

Suite à ce travail de recherche, il faut présenter nos travaux au reste de la communauté de chercheurs. Pour cela nous rédigeons des articles scientifiques et organisons des conférences.

L’IAP, le laboratoire dans lequel j’ai fait mon doctorat, employait environ 150 personnes. Nous travaillions en petits groupes ainsi qu’avec des personnes à l’étranger. C’est un travail très collaboratif : les contributions de chacun permettent, petit à petit, d’avancer.

Je suis actuellement dans l’attente de pouvoir partir dans un laboratoire de recherche aux États-Unis pour y travailler pendant 3 ans. En France, les postes permanents d’astrophysiciens sont assez rares mais existent au CNRS ainsi qu’en tant qu’enseignant chercheur. Beaucoup de gens comme moi se réorientent après quelques années mais notre expérience nous permet de faire beaucoup de choses (recherche et développement en entreprise, analyse de données, méthodes d’Intelligence Artificielle, enseignement, médiation scientifique etc.).

2/ Mon métier, 3 qualités

Il faut être très rigoureux, prendre le temps de faire les choses. C’est un travail de fourmi !

Il faut aussi avoir un esprit critique sur son travail et sur le travail des autres.

J’ajouterais qu’il est important d’être curieux d’apprendre de nouvelles choses.

3/ Pourquoi accueillir un.e stagiaire ?

La recherche ainsi que l’astrophysique et autres disciplines scientifiques manquent de mixité sociale et de genre. Lors de mes études, beaucoup de mes camarades étaient des enfants d’enseignants, d’ingénieurs. Et, au sein de ma promotion de doctorants, seulement 30% étaient des femmes.

Le manque de mixité est, selon moi, dû à un manque de connaissance de ces disciplines et métiers. De plus, les jeunes n’osent pas, alors qu’en réalité c’est un travail qui est accessible à toutes et à tous !

Les laboratoires de recherche accueillent beaucoup de stagiaires, celui dans lequel j’ai travaillé accueillait plusieurs fois par an des stagiaires de 3ème mais aussi des lycéens et des étudiants. Ceci nous donne plus de visibilité et permet à des jeunes de se familiariser avec nos métiers.

4/ Mes conseils pour l’accueil d’un.e jeune en stage de découverte

Voici quelques idées d’activités à proposer à un jeune en stage de découverte :

· Faire le tour des différentes thématiques du laboratoire

· Observation de la variété du travail : informatique, théorie, instrumentation …

· Initiation au code avec Python ou C++

· Réalisation d’un projet court

· Assister à des réunions ou séminaires

· Bases de la rédaction d’articles

· Si un observatoire le permet : faire découvrir les instruments

➡ Vous aussi, accueillez un stagiaire ! ⬅

Rendez-vous sur 👉 www.professionnels.stagedecouverte.fr

STAGEDECOUVERTE.FR

Stagedecouverte.fr est une plateforme dédiée aux jeunes de 14 à 24 ans qui réfléchissent à leur orientation et souhaitent rencontrer des professionnel·les.

Vous voulez nous rejoindre ?

Les articles du moment